Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 19:18

Le-pere-Noel-est-un-runner.jpg

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Sotonic
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 12:27

expi1.jpgLa respiration est essentielle pour pouvoir vivre. Le rythme respiratoire avoisinne les 12 cycles par minute.

Lors de l’inspiration le corps va capter de l’O2 et lors de l’expiration il va se débarasser de l’excès de CO2.

La respiration sert aussi à la régulation du pH, une hyperventilation va diminuer l’acidité en se débarassant du CO2 à l’inverse une baisse de la ventilation va augmenter l’acidité.

Mais l’utilité de la respiration ne s’arrête pas là, elle sert à communiquer par la voix, à sentir via l’odorat et le mouvement rythmique du diaphragme sert de pompe qui  masse les organes intra-abdominaux et favorise le retour veineux et lymphatique. Le diaphragme se trouvant entre la cage thoracique et l’abdomen délimite deux parties du corps dont les pressions sont radicalement différentes.

Le mécanisme de la respiration

 L’inspiration

Différents muscles fonctionnent en synergie durant l’inspiration, leur but ultime étant de créer une dépression dans la cage thoracique (notamment dans les poumons) afin d’emplir les poumons d’air.

Le muscle principal de l’inspiration est le diaphragme. Il ressemble à 2 coupoles à convexité supérieure et s’attache sur le corps les lombaires hautes, les 6 dernières côtes des 2 côtés et l’appendice xiphoïde.

Lors de l’inspiration le diaphragme se contracte et s’abaisse. Une dépression se crée dans la cage thoracique et les poumons s’emplissent d’air (N.B: la pression abdominale augmente ce qui fait gonfler le ventre).

Le diaphragme n’est pas le seul muscle de l’inspiration, des muscles dits « accessoires » ont aussi un rôle important. Le carré des lombes abaisse la 12ème côte ce qui augmente l’efficacité du diaphragme. Les intercostaux externes eux guident les côtes les unes par rapport aux autres. Le petit pectoral et les scalènes (et SCM) s’attachent sur les côtes supérieures et résistent à la traction inférieure exercée par le diaphragme, permettant ainsi de maximiser la capacité pulmonaire.

L’expiration

Il n’existe pas de muscle expiratoire directe, l’expiration se fait de manière indirecte.

La première phase le l’expiration c’est le relâchement dudiaphragme.

Comme la pression abdominale est nettement supérieure à la pression thoracique le diaphragme est alors repoussé vers le haut et vide une partie de l’air pulmonaire.

Pour forcer l’expiration, la contraction des abdominaux (obliques internes/externes, transverses et rectus abdominis) va augmenter d’autant plus la pression abdominale.

Les intercostaux internes vont eux diminuer l’espace intercostal, ce qui diminue la capacité thoracique et donc force l’expulsion de l’air.

Les effets secondaires de la respiration thoracique exclusive

L’inspiration devrait principalement s’effectuer grâce au diaphragme et du coup être « abdominale« . Comme expliquer précédemment le diaphragme s’abaisse et augmente la pression abdominale. Avec une ceinture abdominale relâchée le ventre devrait alors « gonfler » lors de l’inspiration. Si l’inspiration est forcée alors les muscles accessoires s’activent, l’inspiration devient ainsi abdominale et thoracique.

Cependant chez de nombreuses personnes l’inspiration principale se fait au niveau thoracique et cela serait source de nombreux problèmes. Rappelons certains muscles accessoires de l’inspiration. Les scalènes postérieurs, antérieurs et moyens sont des muscles qui relient les cervicales aux premières côtes.

Si l’inspiration se fait principalement au niveau thoracique alors ce sont ces muscles qui vont se contracter de manière répétitive. Ils élèvent les premières côtes certes, mais ils tirent aussi sur ces cervicales (!) et les compressent limitant ainsi leur mobilité et irritant leurs facettes articulaires. Leurs contractions répétée (18000x/jour) peuvent les rendre symptomatiques (douloureux) et ils vont s’hypertrophier (grossir).

Un détail anatomique intéressant est que le plexus brachial (les nerfs qui descendent dans le bras et son artère) passent entre le scalène antérieur et moyen et il passe aussi entre la clavicule et la première côte.

L’hypertrophie des scalènes et l’élévation répétée de la première côte va favoriser la compression et le manque de mobilité du plexus brachial. Pour couronner le tout ce plexus brachial passe sous le pectoral mineur qui lui aussi est un muscle accessoire de l’inspiration

En clair une « respiration thoracique chronique » augmente  de manière significative vos chances de développer des problèmes de cou et d’irritations nerveuses.

Quelles sont les personnes susceptibles de développer une mauvaise respiration ?

  1. Les personnes souffrantes de problèmes respiratoires (asthme, bronchite chronique, insuffisance respiratoire). Car ces personnes vont toujours être en inspiration forcée et du coup vont utiliser ces muscles accessoires.
  2. Les personnes particulièrement stressées ou qui ont toujours froid. Elle vont naturellement contracter leur abdominaux et ainsi verrouiller la pression abdominale; le diaphragme ne pouvant plus descendre la respiration se fait de manière thoracique. Le fait que la tête soit dans les épaules favorise aussi la respiration thoracique.
  3. Les femmes portant des soutien-gorges trop serrés.
  4. Les travailleurs de bureau sont aussi de fréquentes victimes de cette respiration thoracique excessive et cela pour 2 raisons. A cause d’une posture mal adaptée le sujet est affalé dans son fauteuil alors l’abdomen est compressé. Lapression intra-abdominale augmente et du coup il est plus difficile pour le diaphragme de descendre. Mais aussi lorsque le clavier est trop proche du bureau le travailleur doit porter le poids de ses bras et avant-bras. Il doit donc contracter les trapèze et levator scapulae, position qui facilite la respiration thoracique. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les symptomes causés par ce genre de respiration donne un tableau similaire au syndrome de la souris. Faites attention à votre posture au bureau!

Comment mieux respirer? (cliquez ici)


www.sotonic-coach-paris.fr

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Sport
commenter cet article
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 12:15

corps humain - CopieLa pratique régulière d'un sport peut entraîner un mieux être général mais aussi améliorer très objectivement l'état de santé ; mais encore faut-il, surtout après une période sédentaire, le choisir avec discernement et s'entourer des conseils nécessaires pour en retirer le maximum de bienfaits en s'exposant à un minimum de risques.

Il ne faut pas méconnaître les risques possibles liés à une reprise soudaine d'une activité sportive par une personne sédentaire depuis de nombreuses années.

Le risque essentiel est cardiaque : une activité physique intense expose à un risque d'infarctus du myocarde et de mort subite. Même chez des personnes ayant pratiqué un ou plusieurs sports durant leur jeunesse.

Il est essentiel de bien se connaître et de connaître ses limites. Par exemple, la fréquence cardiaque à ne pas dépasser.

Cela doit être l'occasion de faire un bilan de santé : pression artérielle, dosages biologiques (glycémie, cholestérol ...), électrocardiogramme, visite chez le médecin.

... et les contre-indications

Certains sports sont formellement déconseillés aux personnes souffrant de diverses maladies, aiguës ou chroniques.

Les éventuels traitements médicamenteux peuvent aussi intervenir dans le choix du sport : parlez-en à votre médecin.

 Les 8 règles d'or à respecter :

- Pratiquer un sport adapté à ses possibilités, c'est à dire en priorité à son âge et à son état physique, en démarrant ou en redémarrant progressivement. 

 - Après 40 ans, faire précéder la reprise d'une activité sportive par une consultation chez un médecin généraliste ; plus jeune en cas de pathologie cardiovasculaire ou respiratoire. 

 - Observer une diététique adaptée. 

- Toujours s'échauffer progressivement. 

- Veiller à une bonne hydratation, avant, pendant et après l'effort. 

- S'abstenir en cas de fièvre, d'une infection, ou de fatigue inhabituelle. 

- Choisir une tenue vestimentaire adéquate. 

- Adapter l'intensité de l'effort aux conditions de température, humidité ambiante et altitude.

 

Consultez votre médecin et faîtes appel à un professionnel du sport.

R.T

www.sotonic-coach-paris.fr

 

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Sport
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 12:04

Goyave

Les fruits sont sources de vitamines et de sels minéraux indispensables pour notre organisme. 

La goyave est un fruit tropical originaire d’Amérique centrale. Elle possède de nombreuses vertus sur la santé et la beauté. Elle est l’un des fruits les plus riches en vitamines C. Elle en contient 5 fois plus que l’orange et les agrumes et 3 fois plus que le kiwi ! Ainsi, 40 g de sa chair suffit à couvrir les besoins quotidiens recommandés.
 
La vitamine C assure une résistance des tissus, aide le corps à assimiler le fer, accélère la cicatrisation des lésions de la peau et prévient la formation de furoncles. Elle a également un effet bénéfique sur l’abaissement du taux de cholestérol contribuant ainsi à la prévention des cardiopathies (malformation du cœur).
 
La goyave est également riche en minéraux, en calcium, en magnésium et en potassium. Ce qui lui confère des vertus diurétiques. Riche en fibres, elle stimule le transit intestinal et empêche la constipation. Mûre, elle est laxative, verte elle combat la diarrhée.
 
Des chercheurs du centre de recherche agronomique américain (ARS) et des scientifiques thaïlandais, ont révélé dans leurs études que la consommation de goyave permet de réduire les risques de cancer. Ils ont découvert que la goyave est riche en antioxydants qui permettent de neutraliser les radicaux libres. Ces derniers sont des composés très toxiques et cancérigènes pour l’organisme humain.
 
Ce fruit est reconnu en Afrique pour ses vertus médicinales. Des propriétés aphrodisiaques lui sont donc conférées. Selon des agrobiologistes, la goyave peut traiter les hémorragies vaginales, les problèmes cutanés et les ulcères.


www.sotonic-coach-paris.fr 
Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien s'alimenter
commenter cet article
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 18:07

Pour prévenir ou retarder l'apparition de cancers, pas d'aliment miracle, mais des habitudes alimentaires équilibrées, dans la durée, estiment des chercheurs réunis à Paris à l'occasion du congrès Eurocancer. Une table ronde sur le thème "Nutrition et cancer" animée par le Pr Philippe Bougnoux, cancérologue au CHU de Tours, a permis de faire le point sur ce thème.

Alimentation-anticancer-tout-est-une-question-d-equilibre_l.jpg

Cancer et alimentation : gare aux effets d’annonce !

Sushi, thé, café... De nombreux articles ont mis l’accent sur des faits anecdotiques, suscitant parfois des espoirs inappropriés. "Il y a eu beaucoup d'effets d'annonces et beaucoup d'études peu sérieuses, ce qui ne facilite pas les choses", reconnaît le professeur Bougnoux, cancérologue au CHU de Tours, qui participe aux travaux de l'unité Inserm "Nutrition, croissance et cancer". "Il ne s'agit pas de manger du brocoli ou du poisson mais d'acquérir des habitudes alimentaires équilibrées".

Pour étayer la complexité du dossier, le Pr Bougnoux cite le cas des escargots, pendant un temps présentés comme protégeant du cancer. Mais si la chair des premiers escargots testés, venus de Crète, était riche en composants protecteurs, ce n'était plus le cas avec les escargots polonais arrivés par la suite sur le marché. Même chose pour les poissons d'élevage qui perdent leur richesse en acides gras polyinsaturés considérés comme protecteurs car ils n'ont plus accès au phytoplancton, leur nourriture naturelle.

Selon le cancérologue, la part nutritionnelle du risque de cancer a une valeur comprise entre 25 et 40 %, même s’il rappelle que l'alimentation "ne donne pas le cancer car ce sont des mutations génétiques qui sont en cause". Le rôle de l'alimentation a cependant fait l'objet de grandes études épidémiologiques qui n’ont pas mis à jour les mécanismes en cause mais ont pu identifier des facteurs de risque et de protection.

Lire la suite (...)

 

www.sotonic-coach-paris.fr

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien s'alimenter
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 15:57

Le choix du bio est une "simple question de bon sens" pour certains praticiens, même s'il 1294135873_BIO.JPGn'existe pas de consensus médical.

"Manger bio, c'est bon pour la santé". L'affirmation sonne comme une évidence: 95% des consommateurs de ces produits déclarent choisir le bio pour préserver leur santé, rapporte le baromètre 2009 de l'Agence Bio. 

L'absence de pesticides et de produits chimiques: voilà l'argument santé du bio, rappelle le Dr Laurent Chevallier, praticien attaché au CHU de Montpellier, auteur de l'ouvrage Les 100 meilleurs aliments pour votre santé et la planète (Editions Fayard). "Nous recevons régulièrement des résultats d'études au CHU montrant que les pesticides peuvent avoir un impact négatif en termes de rhumatismes, de glaucomes ou encore de maladies cardiovasculaires", explique-t-il. 

Les agriculteurs sont les plus exposés

Si les études concernant l'impact des pesticides sur la prévalence des cancers sont encore rares, un lien de cause à effet a été récemment démontré. Publiée en février dernier par le Centre d'immunologie de Marseille-Luminy (CIML), l'étude en question décrit l'apparition de précurseurs de lymphomes chez les agriculteurs exposés aux pesticides. 

Autres conclusions récentes, en juin dernier, du CHU de Pointe-à-Pitre et de l'Inserm: le risque de développer un cancer de la prostate chez les agriculteurs exposés au chlordécone serait de 80% supérieur à la normale. Ce pesticide organochloré, utilisé jusqu'au milieu des années 1990 dans les plantations bananières de Guadeloupe et de Martinique, serait en partie responsable de la très forte prévalence des cancers de la prostate dans les Antilles françaises. 

"Pas de quoi alerter le consommateur"

Ces recherches se penchent uniquement sur les personnes directement exposées. Mais qu'en est-il des résidus chimiques présents dans nos assiettes? La situation est d'autant plus préoccupante que leur teneur est parfois supérieure à ce qui est autorisé: 0,9% des fruits et légumes issus de l'agriculture biologique contiennent des résidus de pesticides supérieurs aux normes, rapporte l'Agence européenne pour la sécurité alimentaire (Efsa)... qui assure toutefois qu'"aucun des pesticides évalués ne suscitait d'inquiétude pour la santé". 

"Pas de quoi alerter le consommateur", renchérit le Dr Jean-Michel Lecerf, de l'Institut de Lille. Le nutritionniste insiste pour que l'on distingue l'exposition directe à laquelle sont soumis les agriculteurs et les faibles doses qui échouent dans nos assiettes. Laurent Chevallier nuance ce point de vue, regrettant que les experts n'aient "pas étudié les associations entre ces différents produits chimiques".  

Des avis contradictoires

Certaines publications minimisent toutefois les bienfaits de l'alimentation bio. L'une d'elle publiée en avril dernier affirmait même que le bio pourrait être... dangereux. "La réduction des intrants chimiques, qui favorise la production par la plante de substances antioxydantes bénéfiques, favorise aussi celle de métabolites secondaires et toxines naturelles dont l'innocuité n'est pas garantie", avancent les auteurs, deux anciens de l'Institut national de recherche agronomique (Inra). 

"Pendant vingt siècles, on a donc consommé des produits toxiques, ironise le Dr Laurent Chevallier. Rappelons que l'introduction des intrants chimiques est quelque chose de très récent." Sans compter que Léon Guéguen et Gérard Pascal, auteurs de cette étude, n'étaient plus à l'Inra depuis des années au moment de sa publication, rappelle-t-il. 

Conflits d'intérêt?

"Ce type d'étude ne présente aucun intérêt", soupire le Dr Laurent Chevallier, qui déplore "les conflits d'intérêts" entre chercheurs et industrie agroalimentaire. Selon lui, "c'est le simple bon sens qui doit nous faire choisir le bio". 

Autre exemple: pendant l'été 2009, des chercheurs britanniques dépêchés par l'Agence britannique des normes alimentaires (FSA), concluaient, après examen de 162 études sur le bio, à l'absence d'avantage notable pour la santé du côté du bio. 

Une étude contestée dès sa publication. "Elle est très critiquable sur le plan méthodologique", juge le Dr Denis Lairon, directeur de recherche à l'Inserm. Un des critères de pertinence pour sélectionner les publications scientifiques à prendre en compte sur les quelques 50 000 existantes est en effet... l'emploi de la langue anglaise. Un "parti pris" qui a "éliminé du coup de nombreuses publications importantes", souligne le chercheur. 

 

lire la suite (...)

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien s'alimenter
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:46

ballon-exercice-abdominaux.jpg

 

www.sotonic-coach-paris.fr

 

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Sotonic
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:16

Libido et sport sont compatibles : le dynamisme accru résultant de la participation a un programme topelement.jpgd'entraînement fait sentir ses effets sur la libido.
Votre libido fait du yoyo ? Pour raviver la flamme et retrouver la passion du début dans votre couple (nuits torrides...grrr), mettez vous au sport. En effet des études scientifiques ont démontré que le sport avait une influence bénéfique sur notre libido.

Les hommes
Plusieurs études démontrent que les personnes physiquement actives ont tendance à avoir une vie sexuelle plus intense et cela même à un âge avancé.
L'une d'elles, menée par des chercheurs de l'Université de la Californie auprès de 95 hommes sédentaires (48 ans en moyenne), mais en bonne santé, est particulièrement éloquente. Durant neuf mois, 78 des participants se sont entraînés quatre fois par semaine, 60 minutes par séance à une intensité représentant jusqu'à 80 % de leur capacité cardiaque maximale. Les 17 autres devaient marcher une heure, quatre fois par semaine.
En se basant sur le journal intime de chaque participant, les auteurs de l'étude ont constaté que les hommes qui faisaient des exercices vigoureux avaient, à la fin de l'étude, plus de relations sexuelles (30% de plus!) qu'au début de l'expérience. De plus, le nombre de ceux qui avaient des difficultés érectiles avait passablement diminué. Chez le groupe de marcheurs, le désir sexuel avait aussi augmenté.
Une autre étude, publiée en août 2003 dans Annals of Internal Medicine, menée auprès de 31 742 hommes âgés de 53 à 90 ans, révèle que les hommes de plus de 50 ans qui restent physiquement actifs voient leur risque de souffrir de dysfonction érectile diminuer de plus de 32 % par rapport aux hommes sédentaires.

Les femmes
Les femmes aussi bénéficient de l'effet «libidinal» de l'exercice. Après avoir interrogé 8000 lectrices d'un magazine de santé, la Dr Linda DeVillers, professeur de psychologie à l'Université de Pepperdine, à Los Angeles, a constaté que 25 % d'entre elles avaient le goût de faire l'amour après leur workout. 3% seulement ont dit connaître une baisse de leur désir sexuel. Après plus de six mois, 34 % des femmes ont mentionné avoir une vie sexuelle plus satisfaisante depuis qu'elles faisaient de l'exercice et presque toutes (89%) ont soutenu qu'elles avaient davantage confiance dans leurs capacités sexuelles.
Plus récemment, des chercheurs de l'Université de Chicago ont interrogé 500 femmes de 18 à 45 ans. Une sur quatre a affirmé que l'exercice éveillait le désir sexuel. Et cette étonnante synergie ne s'arrête pas une fois les souliers de sports enlevés. Selon cette étude, les femmes actives physiquement ont constaté une amélioration de leur vie sexuelle.

Comment agit l'exercice?
Comment l'exercice peut-il améliorer l'appétence sexuelle? Selon les chercheurs, il agit à la fois sur le physique et le mental. Le fait d'être plus détendu (le stress nuirait à la vie sexuelle), plus musclé, plus à l'aise dans son corps, de se trouver en somme plus attrayant, améliore la confiance en soi, ce qui ne peut qu'enrichir la vie sexuelle. Le fait aussi d'avoir une plus grande endurance cardiovasculaire et un meilleur tonus musculaire constituent sûrement des atouts lors d'une relation sexuelle. Et si la relation se prolonge, il est certain que la personne en bonne condition physique risque moins de se fatiguer. C'est une question d'énergie.
Les hommes de plus de 50 ans profiteraient surtout de l'influence positive de l'exercice sur la circulation sanguine et la testostérone. En retardant l'apparition de l'athérosclérose dans les artères (dégénérescence fibreuse de l’artère qui perd en élasticité et devient plus rigide), donc y compris dans les artères péniennes, l'exercice facilite l'afflux de sang dans les corps caverneux du pénis. Quant à la testostérone, une hormone produite en grande partie par les testicules, elle est intimement associée au désir sexuel. Or, un exercice modéré augmente la présence de cette hormone dans le sang.
Le sport permet en effet de meilleures performances du coeur et favorise l'irrigation de tous les muscles.

Enfin on peut ajouter que l’effort modéré, occasionne un réchauffement du corps, qui se prolonge de quelques minutes à plusieurs heures. Or, la chaleur est un stimulant de la libido et il est démontré qu'à 37,5°, on a davantage envie de faire l'amour...

Attention!
Une surdose d'activité physique joue un rôle anaphrodisiaque...
C'est le cas des adeptes du marathon qui dépassent 25 km d'entraînement par jour.
Des études faites par des chercheurs de l'Université d'Alberta au Canada, dont les résultats ont été publiés dans le journal de l'association médicale américaine, apportent une caution scientifique aux constatations empiriques signalées par certains coureurs.
En effet, les hommes qui ont l'habitude de courir plus de 60 km par semaine, voient se réduire le niveau de la production d'hormone mâle ( testostérone ), facteur qui pourrait contribuer à la baisse de la libido. L'échantillon analysé comparait 31 sportifs et 18 hommes sédentaires (Source Sport et Vie Hors serie n°12).
On ignore si une telle baisse (temporaire, faut-il préciser) nuit à la libido. Il reste qu'après des heures d'exercices vigoureux, on a sans doute moins le goût, le soir venu, de s'adonner à des activités sexuelles explosives.
Une autre étude publiée dans The Physician and Sport Medicine montre qu'une perte de poids rapide et importante, comme cela se produit souvent chez les lutteurs et les boxeurs, entraîne une baisse marquée de la testostérone sanguine ainsi que de l'activité sexuelle.
En fait, les accros de l'exercice deviennent tout bonnement moins fertiles. Chez les femmes, cela se traduit par un arrêt temporaire des règles (aménorrhée de la sportive) et chez les hommes, par une baisse de la production et de la qualité du sperme.
Ce qui revient à dire qu'une marathonienne, dont le compagnon est aussi marathonien, a peu de chance de devenir enceinte pendant la période d'entraînement ! Heureusement, cette baisse de fertilité disparaît dès que l'entraînement diminue.
En somme, l'exercice stimule la libido, il faut en profiter avec modération.

 

T.R

 

www.sotonic-coach-paris.fr

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien-être
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 17:52

poulet curry

Pour 2 personnes - 400 g d’escalope de poulet :

  • 1 boîte de lait de coco (400 ml)
  • 1 cuillère à soupe de curry doux
  • Sel, coriandre

1. Versez le lait de coco dans une poêle.
2. Ajoutez le curry.
3. Faites chauffer à découvert à feu doux 15 min environ.
4. Découpez les escalopes de poulet en morceaux.
5. Déposez les dans la poêle.
6. Faites cuire à feu doux 6 à 8 min. Le lait de coco ne doit pas bouillir.
7. Sortez les morceaux de poulet de la poêle.
8. Déposez les sur un plat.
9. Du riz basmati, des brocolis, des épinards accompagneront volontiers ce curry.
10. Parsemez de coriandre ciselée.

Remarque : Surveillez bien la cuisson du poulet, trop cuit il devient sec.

 

Y.P

www.sotonic-coach-paris.fr     

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien s'alimenter
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 20:22

imagesCAM9ZYMJ.jpgLa "crise de foie", qu'est-ce que c'est ?
La "crise de foie", d'un strict point de vue médical, n'existe pas. Il s'agit en fait d'une expression populaire pour désigner un problème digestif peu grave.
La "crise de foie" fait le plus souvent son apparition le soir, après un repas trop riche ou trop arrosé : Ces excès empêchent la bonne sécrétion de la bile, indispensable à la bonne digestion des aliments. Et si les douleurs semblent situées sur le côté droit vers le foie, c'est en fait au niveau de la vésicule biliaire que tout se passe. Elle se contracte en effet brutalement pour libérer des sels dont le rôle est d'aider à la digestion des graisses.

Que faire alors ?
Il n'y a pas de solution miracle : il faut mettre votre système digestif au repos. Préférez donc, jusqu'à que vous vous sentiez mieux, du riz, des bouillons, des compotes de fruits, etc, en veillant à mastiquer lentement. Buvez beaucoup d'eau ou d'infusions de plantes type tilleul, qui favorisent un bon fonctionnement biliaire.
Enfin, éloignez-vous de toutes les graisses, de l'alcool et des bons chocolats…
Nous vous rappelons que la crise de foie est bénigne : si les symptômes persistent malgré le traitement, parlez-en à votre médecin. Une gastro-entérite ou une intoxication alimentaire donnent parfois des signes proches de ceux de l’indigestion.

La prévention, c'est mieux
Pour ne pas gâcher votre réveillon, il est possible d'agir en prévention. Avant un repas de fête, vous pouvez vous prémunir contre ces embarras gastriques par quelques trucs. D'abord, veillez à ne pas trop fatiguer votre système digestif le repas précédant la fête : mangez léger et des choses faciles à digérer (des sucres lents par exemple).
Un repas qui s'annonce arrosé peut aussi se préparer en avalant une cuillère d'huile d'olive avant le repas. Pas très agréable, mais efficace…
Enfin, juste avant le repas - et éventuellement après -, vous pouvez prendre des médicaments qui soulagent et préviennent les digestions difficiles

Alors bonne dégustation de chocolats... mais gare aux excès !

R.T

journaldesfemmes.com
www.sotonic-coach-paris.fr

Repost 0
Published by sotonic officiel - dans Bien s'alimenter
commenter cet article

Présentation

  • : Sotonic-Coach-Paris
  • Sotonic-Coach-Paris
  • : Blog de la forme et du bien être avec quelques conseils et astuces pour rester en forme et prendre soin de vous.
  • Contact

Recherche

Catégories